Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Sophie Cherrier (E09) : « Remixt facilite la transformation des entreprises : télétravail, RSE… »

Interviews

-

26/05/2020

Sophie Cherrier (E09) a lancé avec trois associés, dont Patrice Bonfy (E08), la solution Remixt, qui facilite les transformations RSE et RH en entreprise en impliquant les collaborateurs. Une mission qui a pris tout son sens avec la crise du COVID-19. Explications. 

ESSEC Alumni : Pourquoi avoir créé Remixt ?

Sophie Cherrier : Remixt facilite la communication et l’action en entreprise sur les enjeux de diversité et inclusion (égalité femmes-hommes, handicap, LGBT…) et sur les questions de transformation RH (prévention du harcèlement, comportement écologique sur le lieu de travail, gestion de la parentalité…). Ces problématiques provoquent souvent une défiance symétrique entre management et équipes : d’un côté « on ne peut pas prendre la parole sans plan d’action validé », et de l’autre « on ne croit pas aux beaux discours corporate sur le sujet ». Nous avons la conviction que l’on peut « déconfiner » la RSE des salles de réunion exécutives et la faire vivre dans toute l’organisation. 

EA : La crise du COVID-19 impacte-t-elle votre positionnement ?

S. Cherrier : La crise sanitaire, sociale et économique actuelle accélère l’évolution des comportements. Et les entreprises doivent s’adapter au plus vite : pour le marketing et la communication bien sûr (72% des Français affirment que les engagements RSE d’une entreprise influencent leur consommation de ses produits et services1), mais aussi pour les RH, les relations publiques et institutionnelles, la finance…

EA : Quelle solution propose Remixt ?

S. Cherrier : Les mots clés : sensibilisation générale et diagnostic précis. Le cœur de notre solution est un outil numérique qui permet une diffusion rapide à coût maîtrisé. Mais il faut aussi s’assurer de ne pas surcharger des collaborateurs déjà très sollicités. Nous nous sommes donc attachés à créer un format de campagne interne attractif et peu chronophage.

EA : Concrètement, en quoi consiste une campagne Remixt ?

S. Cherrier : Quand une campagne Remixt est lancée dans leur entreprise, les collaborateurs sont invités via leurs canaux de communication interne traditionnels (réseau social d’entreprise, newsletter, intranet, etc.) à découvrir un épisode de « Paléo & Co », web-série préhistorique exclusive qui analyse de manière décalée les enjeux sociétaux des entreprises contemporaines. 

Après 3 à 4 minutes de visionnage, on permet aux utilisateurs de consulter une fiche d’approfondissement « 5 minutes pour… » qui détaille les enjeux du sujet abordé et présente les dispositifs en œuvre ou en projet dans leur entreprise.

En parallèle, les visiteurs sont incités à répondre de manière anonyme à quelques questions à choix multiples (exemple : « Êtes-vous globalement à l’aise avec nos outils et méthodes de travail à distance ? ») et à une question ouverte (exemple : « Des idées pour réduire la production de déchets sur le lieu de travail ? »).

En 10 minutes, chacun peut ainsi s’informer et s’exprimer sur les sujets RSE, sans avoir l’impression de recevoir une leçon.

Nous pouvons en outre concevoir selon les besoins de chaque client un dispositif événementiel autour de la campagne digitale : stand à la cantine, événement avec des personnalités de référence, ateliers avec des coachs spécialisés, etc.

EA : Quelle est l’implication de l’entreprise dans l’élaboration de sa campagne ? 

S. Cherrier : Pour les responsables de la campagne dans l’entreprise, la charge est minimale : nous personnalisons la fiche après un entretien avec les responsables RH, RSE ou CSE ; nous fournissons les ressources pour les supports de diffusion interne ; et nous produisons sur chaque thème un diagnostic sociétal qui détaille les statistiques de consultation des contenus, présente les résultats des sondages, synthétise les contributions libres collectées et suggère des actions à déployer en réponse aux attentes exprimées. Les équipes concernées collectent ainsi des données utiles pour concevoir et présenter des actions en phase avec les attentes de leurs collègues. Et elles ont préparé le terrain pour un déploiement plus efficace de ces actions.

EA : À quel stade de développement se trouve Remixt ?

S. Cherrier : Nous avons effectué de premiers déploiements auprès d’équipes variées, de la belle start-up de l’économie sociale et solidaire au grand groupe financier. Et les résultats sont plus que motivants. Déjà, nous observons un très bon taux d’engagement. Ensuite et surtout, les sondages font ressortir des questions et idées judicieuses autour des thèmes présentés. 

EA : Vous avez notamment développé une campagne sur les enjeux du télétravail, que vous proposez aux entreprises de déployer gratuitement en interne. Pouvez-vous nous présenter cette offre ? 

S. Cherrier : Le télétravail est un sujet qui s’inscrit parfaitement dans la partie « Transformation RH » de notre offre. Nous-mêmes étions déjà coutumiers des bénéfices comme des inconvénients du télétravail avant le confinement, puisque Remixt fonctionne largement à distance. Forts de cette expérience, nous avons pu créer rapidement une campagne autour du thème « Gestion du télétravail », pour aider les entreprises à faire le point avec leurs salariés sur les difficultés et les attentes que le télétravail suscite chez eux. Et nous avons décidé d’offrir cette campagne, tant ce mode de travail nous paraît appelé à se généraliser et à se pérenniser. N’hésitez pas à nous contacter directement pour en profiter, ou à en parler à la personne en charge de ces sujets dans votre entreprise !

EA : Vous envisagez également une offre pour les communautés étudiantes… 

S. Cherrier : La mobilisation récente contre les comportements sexistes, racistes ou homophobes en écoles de commerce a montré qu’il était nécessaire de sensibiliser à ces questions dès les études. Proposer aux jeunes un espace d’expression sécurisé et anonyme peut constituer un bon moyen. C’est un axe de développement que nous avons en tête pour le futur : former les étudiants au management « sociétalement responsable » tout en interrogeant leurs comportements présents. Personnellement, j’aurais adoré qu’on me le propose lorsque j’étais moi-même étudiante…


Propos recueillis par Louis Armengaud Wurmser (E10), responsable des contenus ESSEC Alumni

Vous avez aimé cet article ? Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus sur les ESSEC et leurs actualités, adhérez à ESSEC Alumni !


1 https://www.bva-group.com/sondages/francais-rse-sondage-bva-tbwacorporate

437 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Interviews

Les interviews ESSEC Alumni du mois

photo de profil d'un membre

Louis ARMENGAUD WURMSER

28 septembre

Interviews

Antoine Maréchal (E16) : « Nous avons tous un rôle à jouer dans l’égalité des chances »

photo de profil d'un membre

Louis ARMENGAUD WURMSER

25 septembre

Interviews

Aurélien Tert (H12) : « L’immobilier commercial n’est pas mort mais vit une révolution »

photo de profil d'un membre

Louis ARMENGAUD WURMSER

25 septembre