/medias/image/5285421595cd465a7ac725.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

4 conseils de Steve Jobs pour votre carrière

Conseils de pros

-

29/08/2018

En attendant votre prochain entretien individuel avec ses coachs, le Service Carrière d’ESSEC Alumni vous donne ses conseils pour évoluer dans le marché du travail. Aujourd’hui, Hervé Bommelaer (E78) vous transmet les conseils que Steve Jobs donnait sur la façon de mener sa trajectoire professionnelle. 

Hervé Bommelaer a récemment publié l’ouvrage Trouver un job grâce aux conseils de Steve Jobs aux éditions Eyrolles. Il nous livre ici quelques-uns de ces conseils, en exclusivité.

Trouver son talent-plaisir

Pour Steve Jobs, chaque individu doit trouver sa vocation, c’est-à-dire ce pour quoi il est fait : « Il faut découvrir ce que l’on aime. La seule manière de faire du bon travail est d’aimer ce que l’on fait. Si vous n’avez pas encore trouvé, continuez de chercher. Et ne baissez pas les bras jusqu’à ce que vous ayez trouvé. »

Son premier conseil serait de détecter votre propre talent : « Chacun de nous est excellent dans quelque chose. L’ennui, c’est que beaucoup de gens passent la plus grande partie de leur vie à faire quelque chose d’autre. Sachez pour quoi vous êtes fait… Ce n’est jamais trop tard. »

Et pour vous épanouir dans votre vie professionnelle, il faut que votre talent se conjugue avec le plaisir : « Le travail va occuper une large part de votre existence et la seule façon d’être pleinement satisfait, c’est de faire ce que l’on estime être du bon travail. Et la seule façon de faire du bon travail, c’est d’aimer réellement ce que l’on fait. »

Si Steve Jobs était votre coach, il ne vous lâcherait pas. Il vous expliquerait les risques que vous courriez à vivre une vie subie, choisie par d’autres : « Si vous capitulez maintenant, vous n’avez aucune chance d’échapper à votre réalité. Mais si vous persistez et gardez la foi, vous avez une excellente chance de forcer le destin et de vivre une vie heureuse et pleine de sens. »

Apprendre de ses échecs

Steve Jobs s’est fait éjecter de sa propre entreprise en 1995. Ce licenciement brutal l’a anéanti. Mais, quelques années plus tard, il considérait cet accident de carrière comme la plus grande chance de sa vie : « Je ne l’ai pas réalisé à l’époque, mais il s’avère que de m’être fait licencier d’Apple était la meilleure chose qui pouvait m’arriver. Le poids du succès a été remplacé par la légèreté de redevenir un débutant, moins sûr à propos de tout. Cela m’a libéré et m’a permis d’entrer dans l’une des périodes les plus créatives de ma vie. »

En tant que coach, Steve Jobs vous expliquerait que le vrai fiasco n’est pas de chuter mais de rester à terre. Il vous dirait que vos futurs succès dépendent en grande partie de la façon dont vous allez surmonter vos échecs. L’essentiel pour lui était d’avancer et de ne pas ruminer le passé : « À quoi bon revenir sur le passé. Je préfère penser à tout ce que l’avenir me réserve de beau. »

S’entourer des meilleurs

Steve Jobs n’a pas réussi son exceptionnel parcours en solitaire. Il a toujours recherché l’appui des meilleurs dans leur domaine. Apple ne serait jamais né sans Steve Wozniak, le génie qui a conçu le premier ordinateur personnel. Steve Jobs a été, à ses côtés, le visionnaire qui a compris le potentiel de l’informatique personnelle et qui a mis le marketing d’Apple en musique. Plus tard, il a su repérer et recruter les meilleurs pour lancer des produits révolutionnaires.

Il expliquait simplement : « Je préfère être entouré des meilleurs ». L’objectif du fondateur et sauveur d’Apple a toujours été d’éviter la « propagation des nuls » autour de lui. Il confiait ainsi : « J’ai réalisé que les joueurs de première division n’aiment jouer qu’avec les joueurs de première division et qu’ils n’aiment simplement pas jouer avec les joueurs de troisième division. »

Au cours de votre séance de coaching avec lui, Steve Jobs vous pousserait à détecter les top guns et à travailler avec eux. Il vous inciterait à créer la meilleure équipe pour vous conseiller, vous aider et vous soutenir tout au long de votre vie professionnelle : les meilleurs mentors, les meilleurs experts, les meilleures associations (comme ESSEC Alumni !), les meilleurs patrons, les meilleurs collaborateurs, etc.

En parallèle, il vous conseillerait de fuir les mauvais : les mauvais conseillers, les mauvais camarades, les égoïstes, les tricheurs, les toxiques, les négatifs, les pessimistes et les geignards. Et, en vous fixant droit dans les yeux, il vous exhorterait à ne jamais faire partie de l’une de ces catégories…

Réseautez sinon rien

Steve Jobs était un grand réseauteur, comme en témoigne son ami et biographe, Brent Schlender : « Steve avait un talent extraordinaire pour se créer un réseau… Il n’avait aucun scrupule pour appeler n’importe qui afin d’obtenir de l’aide ou des renseignements… Il sillonnait inlassablement le réseau d’experts de la Silicon Valley, enchaînant coups de fil et rendez-vous. » Au cours de ses premières années chez Apple, il a réussi à se faire recevoir par des créateurs d’entreprise visionnaires comme David Packard (HP), Andy Grove (Intel), Walter Sanders (AMD), Edwind Land (Polaroid) et Charley Sporck (le fondateur de la Silicon Valley). Sa maîtrise du networking l’aidait à récolter de précieuses informations. Il appelait les gens dont il avait entendu parler en bien afin de faire leur connaissance. Il se tenait ainsi au courant des tendances du monde des affaires et de celui des nouvelles technologies.

Steve, votre coach personnel, vous commanderait de réseauter, réseauter et réseauter encore, pour vous rendre visible, lisible, crédible et informé au sein de l’écosystème déterminé par votre projet et par vos cibles. Il vous expliquerait qu’utiliser le réseau consiste à prendre votre destin en main plutôt qu’attendre patiemment que quelqu’un décide à votre place. Il vous dirait que, dans le networking, la chance sourit aux opportunistes et aux tenaces et que le réseautage n’est pas une question de hasard, mais simplement une affaire de techniques précises, de savoir-faire, d’attitude et de discipline.

 

Propos recueillis par Solveig Debray Sandelinresponsable du Service Carrière d’ESSEC Alumni

 



Illustration : © Jesus Kiteque on Unsplash

83 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Conseils de pros

Comment appréhender les cabinets de recrutement ?

JK

Jerry Knock

01 septembre

Conseils de pros

Face au changement, quel rôle et quel profil pour les leaders ?

CF

Corinne Forasacco

30 août

Conseils de pros

Management de transition : les meilleures chances de convaincre

AB

Aymeric BAS

03 avril