/medias/image/5285421595cd465a7ac725.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Ni passivité ni agressivité : choisissez l’assertivité !

Conseils de pros

-

13/08/2018

En attendant votre prochain entretien individuel avec ses coachs, le Service Carrière d’ESSEC Alumni vous donne ses conseils pour évoluer dans le marché du travail. Aujourd’hui, Nathalie Chatillon (E95) fait le point sur l’assertivité, qui consiste à s’exprimer avec courage mais sans agressivité. Une posture clé pour faciliter le dialogue dans l’entreprise.

ESSEC Alumni : Comment définir l’assertivité ?

Nathalie Chatillon : C’est la capacité à exprimer ce que l’on pense, ce que l’on veut, ce que l’on ressent, tout en respectant ce que l’autre pense, veut et ressent. Être assertif, c’est dire non sans agressivité, demander sans s’excuser, ou encore répondre à une critique sans s’emporter. En somme, une compétence sociale indispensable dans les relations professionnelles pour respecter et faire respecter ses priorités, prendre la parole dans des situations difficiles, oser mettre en avant ses compétences ou obtenir ce que l’on veut. Elle apporte un confort relationnel, nourrit une communication fluide et développe l’estime de soi.

EA : Pourquoi est-ce si difficile parfois de dire non ?

N. Chatillon : Souvenez-vous de vos 2 ans, cette période dite « du non ». Dans cette phase d’individuation, l’affirmation de soi est nécessaire pour se définir, se différencier et marquer son territoire par rapport aux demandes de son entourage. L’enfant se retrouve tiraillé entre deux forces : le développement de son autonomie qu’il exprime en s’opposant, et l’angoisse de la perte de l’amour de ses proches. La manière dont son entourage réagit va alors déterminer sa capacité à s’affirmer dans sa vie d’adulte. En effet, il peut durant cette période et tout au long de sa vie construire un certain nombre de croyances : « Si je m’oppose, je vais être rejeté », « Si je lui dis non, il va être déçu et m’en vouloir », « Si je refuse, les autres vont se mettre en colère », « Si je dis ce que je pense vraiment, je vais perdre un ami ».
L’anxiété provoquée par ces croyances a un rôle tenseur dans les relations. Quand on n’arrive pas à dire non, on développe soit un comportement inhibé, dit du « paillasson », ou à l’opposé un comportement agressif, dit du « hérisson ».

EA : Alors, comment faire pour s’affirmer dans ses relations en n’étant « ni hérisson ni paillasson » ?

N. Chatillon : Pour réussir à s’affirmer, trois conditions sont nécessaires. Premièrement, être sûr de son choix, de sa position : savoir ce qu’on veut, être au clair sur ce qui est important pour soi. Deuxièmement, être confiant dans sa capacité à défendre son point de vue, c’est-à-dire à exprimer les choses efficacement sans agressivité ni surcroît d’émotion, pour ne pas avoir d’impact négatif sur la relation. Troisièmement, avoir le courage d’assumer sa position de façon ferme et déterminée et tenir bon ! Surtout ne pas s’excuser ou se justifier… C’est en effet la réaction de notre interlocuteur qui peut nous faire douter, culpabiliser et hésiter.
L’assertivité repose sur la franchise et des relations directes. Pour autant, si l’on veut garder de bonnes relations avec nos interlocuteurs, il est important de faire preuve d’empathie, c’est-à-dire d’être capable d’écouter le point de vue de l’autre, de chercher à le comprendre et à le respecter.

EA : Et dans la forme ?

N. Chatillon : Tout d’abord, il est important de se souvenir que lorsque je dis non, je dis non à la demande et pas à la personne ! Ensuite, lorsque je veux prendre position, exprimer un point de vue ou formuler une critique, je peux me poser trois questions. « Est-ce utile ? » – afin de rester dans une logique constructive, de ne pas dire les choses juste pour avoir raison et remporter une victoire rhétorique. « Est-ce vrai ? » – c’est-à-dire quels sont les faits sur lesquels je m’appuie. « Est-ce bienveillant ? » – autrement dit, est-ce que j’ai une intention positive dans la relation, est-ce que je respecte l’autre et est-ce que je fais preuve d’empathie ? La bonne nouvelle, c’est que c’est une compétence qui se travaille et que l’on peut continuer à muscler toute sa vie, que ce soit en développement personnel ou en coaching par exemple.

EA : Quels bénéfices pour l’entreprise ?

N. Chatillon : L’assertivité est l’expression d’une autorité bien placée, celle qui incarne des formes de leadership responsable et éclairé. Elle permet d’installer et entretenir la confiance dans les relations pour que sa propre expression et celle des autres soient possibles ; d’accepter l’opposition et favoriser l’expression de points de vue contradictoires ; d’assumer une prise de décision tout en permettant la négociation ; ou encore d’accepter la décision qui est prise et la défendre au nom de l’intérêt et des résultats collectifs, même si ce n’était pas la vôtre. J’aimerais conclure en vous rappelant les mots de Jean-Paul Sartre : « Être libre, c’est savoir dire non! »

 

Propos recueillis par Solveig Debray Sandelin, responsable du Service Carrière d’ESSEC Alumni

 



Illustration : © rawpixel on Unsplash

19 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Conseils de pros

Management de transition : les meilleures chances de convaincre

User profile picture

Louis ARMENGAUD WURMSER

03 avril

Conseils de pros

Comment utiliser les leviers du marketing digital pour booster votre activité

User profile picture

Louis ARMENGAUD WURMSER

27 mars

Conseils de pros

Managers, formez-vous au coaching !

User profile picture

Louis ARMENGAUD WURMSER

26 février

essecalumni.com