/medias/image/5285421595cd465a7ac725.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Robin Sappe (M09), DRH en résidence : « Je suis là pour aider les start-ups à scaler »

Interviews

-

04/10/2017

Vous n’avez jamais entendu parler de DRH en résidence dans des start-ups ? Pas étonnant, Robin Sappe (M09) est parmi les premiers à exercer ce métier en France. Explications.

ESSEC Alumni : Qu’est-ce qu’un DRH en résidence ?

Robin Sappe : C’est un DRH mandaté par un fonds d’investissement pour accompagner ses start-ups dans leurs problématiques de recrutement et de management. Le principe existe depuis longtemps aux États-Unis, mais le fonds pour lequel je travaille, Breega, est l’un des pionniers européens en la matière.

EA : Quels sont les besoins RH spécifiques des start-ups ?

R. Sappe : Premier point : une start-up enchaîne différents stades de développement à un rythme soutenu. Lancement, premier recrutement, changement d’échelle… À chaque étape, il faut changer d’organisation et embarquer tous les collaborateurs. On a donc besoin de conseils ciblés en management : comment s’assurer que tout le monde reste aligné sur le projet quand celui-ci n’arrête pas d’évoluer ?
Deuxième point, qui découle du premier : une start-up recherche des profils particuliers. Il lui faut des collaborateurs polyvalents, qui sachent tout faire, et agiles, car on parle de création de poste, d’équipe qui se monte ; tout est à inventer. Il y a donc un enjeu particulier sur la chasse et surtout sur la vitesse pour embaucher les meilleures personnes.

EA : Quel intérêt les start-ups ont-elles à ne pas recruter leur propre DRH ? 

R. Sappe : Elles y trouvent d’abord un intérêt financier car c’est une expertise qui leur est utile mais qu’elles ne peuvent pas forcément se payer. Alors pourquoi s’en priver ? D’autant qu’elles n’ont pas besoin d’une personne à temps plein. Mieux vaut partager cette ressource avec d’autres !

EA : Et quel intérêt pour un fonds d'investissement à missionner un DRH en résidence ?

R. Sappe : Cela lui permet d’aider les start-ups dans lesquelles il investit à identifier certains signaux d’alerte, à ne pas faire certaines erreurs. Et donc, à consolider leur création de valeur. C’est aussi une manière d’attirer les entrepreneurs en se différenciant des autres fonds grâce à un service supplémentaire.

EA : L’intervention d’un DRH en résidence ne risque-t-elle pas d'être perçue comme une ingérence par les entrepreneurs ?

R. Sappe : Chez Breega, ce service est offert, sans obligation ; les start-ups restent libres de ne pas en profiter. Mais elles demandent le plus souvent à être accompagnées. Elles comprennent bien que je suis là pour leur proposer des solutions, pas pour les contrôler. La logique est celle du partenariat, de la relation de confiance : elles n’hésitent pas à nous confier leurs problèmes, car nous avons les compétences pour trouver des solutions rapides dans l’objectif de pouvoir scaler.

EA : Vous arrivez-t-il de préconiser une solution qui n’a pas l'assentiment de votre fonds ? 

R. Sappe : Il arrive qu’on débatte, mais pas question de donner des avis divergents ; à la fin, on s’exprime d’une seule voix, sinon on ne conseillerait pas nos start-ups efficacement. En revanche, on les laisse libres de leurs choix : si elles ne sont pas d’accord avec nous, elles ne sont pas obligées de nous suivre. Un entrepreneur doit garder son autonomie, sinon il s’est trompé de voie ! Nous sommes juste là pour fournir des outils pratiques et des pistes de réflexion, dans une démarche de co-construction.

EA : Comment gère-t-on les RH de plusieurs start-ups en même temps ? Peut-on dupliquer une même recette ?

R. Sappe : Les start-ups dont je m’occupe relèvent de secteur très divers – foodtech, chatbot, agritech – mais n’en sont pas moins confrontées à des problématiques communes. Comment recruter dans le digital ? Comment intégrer de nouveaux salariés ? Quand je fais des recherches sur ces sujets, je mutualise. Mieux encore : quand une start-up teste une solution qui s’avère efficace, je peux me baser sur son expérience pour partager des bonnes pratiques avec d’autres entrepreneurs.

 

Propos recueillis par Louis Armengaud Wurmser (E11)

 

46 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Interviews

Julie Lasne (M07), défenseuse des animaux : « Nous sommes capables de sauver la planète »

User profile picture

Louis ARMENGAUD WURMSER

20 novembre

Interviews

Marie-Anne Teissier (E00), fondatrice du groupe Verona : « Nous cassons tous les codes de la salle de sport »

User profile picture

Philippe DESMOULINS

18 novembre

Interviews

Antoine Barré (E12), co-fondateur de Krank Club : « Le sport n’échappe pas aux bouleversements technologiques »

User profile picture

Louis ARMENGAUD WURMSER

15 novembre