Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Jean Moreau (E07) et Eva Sadoun : « Tech For Good promeut une innovation durable et responsable »

Interviews

-

17/06/2020

Jean Moreau (E07) et Eva Sadoun, passée par l’ESSEC Executive Education pour une formation en mesure d’impact social, viennent d’être élus co-présidents de Tech For Good France. L’occasion de découvrir ce mouvement dans lequel sont impliqués de nombreux alumni – et qui œuvre pour que l’innovation digitale soit également durable et responsable. 

ESSEC Alumni : Vous êtes tous les deux entrepreneurs sociaux. Jean, quelles sont les activités de votre start-up Phénix ? 

Jean Moreau : Nous donnons une deuxième vie aux invendus de la grande distribution et des acteurs industriels, à travers deux outils digitaux : une appli mobile grand public de revente à prix cassés aux consommateurs, et une plateforme web BtoB de dons aux associations caritatives. Nous avons en outre lancé le réseau d’épiceries NOUS antigaspi, qui réinvente le déstockage alimentaire en proposant des produits écartés des circuits de distribution traditionnels à des prix inférieurs à ceux des enseignes conventionnelles. Le projet est piloté par Charles Lottmann (E11). 

EA : Eva, vous avez co-fondé Lita.co. Quel service proposez-vous ? 

Eva Sadoun : Je me présente souvent comme une entrepreneure militante. Et j’ai choisi de faire évoluer le secteur de la finance, ce qui n’est pas un maigre combat. Lita.co œuvre pour une finance plus éthique, en permettant à tout citoyen d'investir en ligne dans des entreprises à vocation sociale, sociétale ou environnementale à partir de 100 €.

EA : Vous venez tous les deux d’être élus co-présidents de Tech For Good France. De quel constat est née cette initiative ?

E. Sadoun : Tech For Good France est née de la volonté de décloisonner l’univers de la tech classique, d’une part, et celui de l’entrepreneuriat social, solidaire et à impact, d’autre part – de l’envie de se polliniser mutuellement, et de tirer le meilleur des deux mondes, en montrant au passage que les outils numériques, qui constituent un formidable levier, peuvent être mis au service du bien commun. 

J. Moreau : Tech For Good France rassemble ainsi le réseau des entrepreneurs et investisseurs qui développent et financent des solutions tech et digitales pour accélérer la transition vers une société plus durable et responsable.

EA : Quels sont les objectifs de Tech For Good France ?

J. Moreau : Notre objectif principal consiste à créer du lien au sein de l’écosystème pour construire le modèle de l’entrepreneuriat tech de demain, concerné et concentré sur sa finalité et ses externalités sociales et environnementales, en menant une réflexion éthique sur le rôle et l’usage de l’innovation.

E. Sadoun : Et nous militons pour que la nouvelle génération de startuppers place au cœur de son modèle et de son engagement entrepreneurial un ou plusieurs Objectifs de Développement Durable (ODD) fixés par l’ONU.

EA : Quelles actions mène Tech For Good France ?

E. Sadoun : Nous avons trois axes d’actions : fédérer, faire grandir, faire rayonner. Tout d’abord, nous aidons les entrepreneurs et investisseurs à se rencontrer via nos réseaux de communication internes et au cours de speed meetings et sessions networking.

J. Moreau : Ensuite, nous contribuons à structurer l’écosystème. Nous avons défini des critères précis et exigeants pour pouvoir se prévaloir de la Tech For Good – à savoir : intégrer les ODD dans sa raison d’être ; proposer une innovation tech ou scientifique qui démultiplie son impact ; partager la décision et la valeur ; adopter une politique d’emploi responsable ; et construire un modèle de croissance durable… 

E. Sadou : … et nous avons réalisé deux cartographies, l’une de l’écosystème Tech For Good et l’autre des entrepreneurs Tech For Good, que nous avons diffusées en ligne. 

J. Moreau : Nous favorisons en outre la montée en compétences de notre communauté avec des outils et événements dédiés – notamment des webinaires et ateliers hebdomadaires sur les problématiques que rencontrent nos adhérents.

E. Sadoun : Enfin, nous portons les revendications de l’écosystème auprès des acteurs publics et privés de l’économie et de l’innovation pour faire bouger les lignes plus rapidement et durablement !

EA : Jusqu’ici, quels résultats a obtenus Tech For Good France ?

J. Moreau : Nous avons réussi à doubler le nombre d’adhérents et donc le poids de notre écosystème durant la campagne d’adhésion de mars-avril 2020. Le réseau approche dorénavant les 300 structures membres.

E. Sadoun : Nous avons également obtenu d’encourageants résultats en termes d’influence auprès des acteurs publics, suite notamment à plusieurs tribunes publiées dans de grands quotidiens comme La Tribune, Les Échos ou encore France TV sur les nouveaux modèles de croissance et le financement de l’innovation. Et nous avons sensibilisé un certain nombre de grandes entreprises, chez lesquelles nous avons pu constater un changement des pratiques.

EA : Quels sont les projets de Tech For Good France ?

E. Sadoun : Nous souhaitons poursuivre la croissance de notre nombre d’adhérents, pour gagner en légitimité et peser dans le débat autour du futur de l’innovation. Nous cherchons notamment à attirer de belles startups, TPEs et PMEs emblématiques de la tech à impact positif. Dans ce but, nous préparons actuellement un rapprochement avec le MOUVES (Mouvement des Entrepreneurs Sociaux) pour décloisonner les univers du digital et de l’ESS et constituer un puissant mouvement d’acteurs à impact positif. Nous nous inscrivons donc dans une logique d’ouverture, en rassemblant des acteurs allant de Biocoop à Yuka, en passant par Le Slip Français, La Croix Rouge ou encore Enercoop et Le Bon Coin, afin de constituer la plus grosse coalition d’acteurs du changement. Et pourquoi pas à terme, fédérer les mouvements “for good” au niveau européen ?

J. Moreau : Autre pilier de notre action : le recentrage du terme « Tech For Good » lui-même, devenu en quelques années très populaire, au point qu’on ne sait plus vraiment ce qu’il recouvre. Il nous paraît très important de lui donner une définition plus claire et plus restrictive ; c’est pourquoi nous travaillons à la réalisation d’un outil permettant de mesurer l’indice Tech For Good d’une entreprise. En quelques clics, les entrepreneurs mais également les incubateurs, les pouvoirs publics et autres structures ayant besoin de savoir sur quels critères évaluer la dimension Tech For Good pourront ainsi connaître le score d’une entreprise et ses axes d’amélioration. 

EA : Quel sont vos rôles respectifs au sein de Tech For Good France ?

E. Sadoun : Nous effectuons une co-présidence, donc nous partageons le même niveau de responsabilité et d’implication au quotidien, et prenons tous les deux une part équivalente dans l’incarnation du mouvement, notamment auprès des médias et de l’écosystème. Cependant si je devais résumer, je dirais que je consacre plutôt mon énergie aux actions de plaidoyer, notamment celles relatives au financement de la transition.

J. Moreau : J’oriente pour ma part davantage mes actions sur le recrutement et la fidélisation des adhérents, en travaillant notamment l’offre de valeur et le partage d’expérience. Ainsi que sur l’approfondissement des liens avec les autres réseaux de l'écosystème : The Galion Project, BCorp, France Digitale, le Réseau Entreprendre, ...

EA : Comment les ESSEC peuvent-ils soutenir Tech For Good France ?

J. Moreau : Tous les ESSEC qui partagent les valeurs du mouvement Tech For Good France sont les bienvenus au sein de notre communauté de sympathisants ! Ils sont d’ailleurs déjà nombreux parmi nous : Olivier Arnaud-Blanchard (E08) et Jean-Christophe Arnauné (E95) dont vous pouvez retrouver les interviews respectives sur le site ESSEC Alumni ici et ici ; Pierre-Emmanuel Saint-Esprit (E16), président du Club Entrepreneurs d’ESSEC Alumni ; ou encore Lucile Brachet (E12) et Aude Serrano (E12)… Vous aussi, n’hésitez pas à vous engager à nos côtés, à porter une action Tech For Good au nom de notre mouvement, et à rejoindre l’une de nos structures membres en tant que collaborateur pour y apporter vos talents et votre énergie ! Toutes les forces vives sont nécessaires pour accélérer la transition vers une économie à impact social et environnemental positif !


En savoir plus : 
www.techforgoodfr.org

Propos recueillis par Louis Armengaud Wurmser (E10), responsable des contenus ESSEC Alumni

Vous avez aimé cet article ? Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus sur les ESSEC et leurs actualités, adhérez à ESSEC Alumni !

576 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Interviews

COVID-19: An ESSEC Alumnus Reports From the United States

photo de profil d'un membre

Louis ARMENGAUD WURMSER

23 juin

Interviews

COVID-19 : Une ESSEC en Grèce témoigne

photo de profil d'un membre

Louis ARMENGAUD WURMSER

23 juin

Interviews

Jean-Michel Moslonka (E88) : « Nous fournissons des données sur le COVID-19 aux scientifiques du monde entier »

photo de profil d'un membre

Louis ARMENGAUD WURMSER

23 juin